L’évaluation autogérée

Depuis le début de la période 4, j’ai enfin réussi à mettre en place un système d’évaluation qui me convient. C’est un système parmi beaucoup d’autres qui fonctionnent également, mais de tous ceux que j’ai essayés c’est celui qui me permet d’être le plus efficace.

Voici donc la démarche.

 Au départ, j’ai voulu m’orienter vers la pédagogie Freinet qui me plait énormément. Cependant, je ne me sentais pas à l’aise avec cette pédagogie, et surtout, pas prêt à la mettre totalement en place.

Je m’en suis donc inspiré pour le démarrage. En début de période 4, j’ai distribué un plan de travail aux élèves intitulé : « À la fin de la période, je sais… » Ce plan de travail, n’est ni plus ni moins, qu’une version lisible par les enfants, de mes programmations périodiques (disponibles au téléchargement un peu plus bas dans le blog).

La première fois que j’ai distribué le plan de travail aux élèves, j’ai été très surpris de leur réaction. Un silence quasi religieux s’est installé dans la classe. Les enfants étaient absorbés par ce programme. Puis les questions ont commencé à jaillir :" Maître, c’est quoi l’imparfait ? Comment on pose une division ?…". Ces questions ne traduisaient pas une peur de ne pas y arriver, mais une réelle curiosité de la par des enfants.

Ce qui m’a frappé, c’est de me rendre compte que les élèves ne s’étaient jamais montrés aussi curieux de ce qui allait se passer dans la période et des notions qu’on allait étudier. Mieux encore, ils se projetaient dans leurs apprentissages, le chemin était tracé, il ne leur restait plus qu’à trouver le moyen d’avancer.
Ils ont été, au départ, un peu décontenancé quand je leur ai annoncé, que ce ne serait désormais plus moi qui déciderai du moment de l’évaluation, mais que chacun pourrait choisir quand il serait évalué (sous condition d’essayer de faire toutes les évaluations demandées dans la période).

Pour dédramatiser un peu plus l’évaluation qui, malgré mes efforts depuis le début de l’année, était encore vue comme une sanction et non pas comme un moyen d’apprendre de ses erreurs, j’ai expliqué aux enfants qu’ils auraient 3 essais pour montrer qu’ils maîtrisent les compétences évaluées. Après tout, qu’on ait eu besoin d’une, 2 ou 3 tentatives pour savoir faire quelque chose, qu’est-ce que ça change du moment qu’on sait faire ? Cela nécessite cependant de préparer, non pas 1 fiche d’évaluation, mais 3 différentes pour chaque compétence (bien entendu, tout n’est pas évalué par fiche).

Dans la pratique, lorsqu’un élève se sent prêt à être évalué, il me demande dans un premier temps si le moment est judicieux puis va chercher l’évaluation qu’il souhaite réaliser sur l’iPad (dans l’application iBook) et se l’imprime (vous croyiez vraiment que je ne parlerais pas d’iPad dans cet article ?).

N’hésitez pas à me donner vos impressions, vos idées et à me poser des questions.

15 Commentaires

Classé dans Plans de travail/ Évaluation autogérée, Tablette à l'école primaire

15 réponses à “L’évaluation autogérée

  1. Très intéressant ! Voilà qui me tente bigrement, et hormis l’absence d’iPad dans ma classe, je me retrouve à la fois dans tes préférences et dans tes choix.

    Juste une question de précision : un enfant qui maîtrise un critère doit-il obligatoirement faire les 3 évaluations (je suppose que oui, puisque tu dis que chaque évaluation n’évalue qu’une partie de la compétence) ? Si oui, n’est-ce pas une "perte de temps" pour l’enfant qui maîtrise déjà ? Je demande juste, n’est-ce pas, ce n’est pas une critique, bien au contraire !

    Merci pour ces partages qui donnent envie d’avancer…

    • Je comprends tout à fait ta question. Rassure-toi je ne le prends pas mal du tout, au contraire, c’est très intéressant. En fait, une fois que l’élève à validé la compétence, il la laisse de côté pour passer à autre chose (il a même le droit de ne pas suivre les séances dédiées à la notion s’il l’a validée "à l’avance"). Il n’est donc pas obligé de la refaire 3 fois. Ca permet aux élèves plus rapides de ne pas s’ennuyer, (éventuellement de faire du rab) et aux autres de dédramatiser l’évaluation en se disant qu’ils pourront recommencer en cas d’échec.
      Cependant en fin de séquence, je fais faire l’évaluation aux élèves qui ne l’ont pas faite (histoire qu’ils n’accumulent pas items non évalués).
      En ce qui concerne l’évaluation en elle-même, je fais varier les phrases ou les nombres, mais le processus que l’élève doit engager reste le même. Donc pas mal de boulot au départ, mais au final ça fait gagner du temps.

      • Grand merci pour cette précision, ça confirme la pertinence du processus ! Bravo, je sens que je vais m’y lancer aussi… en parallèle avec d’autres idées que j’ai développé il y a quelques mois et que je n’ai toujours pas mis en oeuvre… ^^

        J’imagine d’ailleurs très facilement ton système avec une évaluation directement sur ton (tes ?) iPad(s).

        Après, il y aura peut-être quelques questionnements de pédagogues qui, chez nous, insistent pour que les validations de compétences se fassent dans des situations complexes…

  2. C’est enthousiasmant !
    J’ai déjà testé, avec des CM2, l’idée que ce soit les élèves qui se déclarent prêts pour l’éval, et qui la repassent tant que la compétence n’est pas acquise. C’est vrai que c’est extra ! Et ça change tout dans la relation de l’élève à son apprentissage (il sait pourquoi il travaille), et dans la relation maitre-élève, tu confirmes ? (Le prof devient vraiment celui qui aide à aller de progrès en progrès).

    Pas d’IPAD non plus dans ma classe, et, l’air de rien, les contraintes logistiques peuvent être vraiment handicapantes quand on songe à ce type de dispositif. Dans mon fonctionnement, la seule solution que j’avais trouvée, c’était que les élèves s’inscrivaient (feuille accrochée à un mur) et je leur préparais l’éval pour le lendemain.

    Avec les ceintures de couleur, que je pratique maintenant (mais pas dans toutes les disciplines), c’est encore le même esprit : on s’entraine, on passe le test quand on est prêt, et on le repasse jusqu’à réussite…

    • Je confirme, ça change énormément dans la vision du métier. On a une ambiance de classe différente, l’impression de travailler plus mais de façon plus agréable.
      Pour l’organisation, les iPads permettent vraiment de gagner en temps et en autonomie. Si tout va bien j’en aurai 2 de plus l’année prochaine : le rêve !
      La seule chose que j’aimerais vraiment améliorer c’est l’organisation dans le temps de ces évaluations.

  3. J’ai testé ce mode d’évaluation cette année : "je suis prêt, j’y vais !". Pour éviter le surnombre de validation (c’est le terme que nous utilisons dans notre école) en version papier, nous utilisons aussi Google documents pour créer des fiches mises en ligne par le biais du blog de la classe.

  4. Comment gères-tu le passage des évaluations par tous ? Comment sais-tu qui a passé, réussi, raté, telle ou telle évaluation ?

    • Je supervise (et les élèves aussi c’est ça qui est génial) l’acquisition des notions grâce aux plans de travail. J’ai instauré des moments de "plan de travail" en petit groupe tous les jours. Je ne fais quasiment plus d’évaluations collectives.

      • Pourrais-tu expliquer ce que sont ces moments de "plan de travail", ce que le maitre et les élèves y font et y apprennent, le temps que cela prend ?
        Y a-t-il dans ta classe un affichage des réussites des élèves aux évaluations ?

  5. Ce que j’appelle les "moments plan de travail" c’est tout simplement une plage horaire (environ 30 minutes) que je cale dans l’emploi du temps de la journée, durant laquelle les élèves vont observer l’état de leurs acquis sur le plan de travail. Il vont ensuite décider, soit de se faire évaluer sur une nouvelle notion, soit tenter un nouvel essai sur une notion si le premier n’a pas été concluant. Je n’ai pas mis d’affichage des réussites des élèves dans la classe. Mais l’idée me parait intéressante. Comment imagines-tu la chose ?

  6. mysticlolly

    J’adore l’idée ! On a commencé à réfléchir à ton fonctionnement avec un collègue et je pense que ça sera une grosse partie de notre travail cet été! Je suis hyper emballée ! François, tu es une source d’inspiration :)
    Et c’est officiel, à la rentrée, je me lance dans l’aventure Twitter puisque j’aurai enfin MA classe !

  7. Claire

    J’adore!!! Je cherche justement un moyen de faire ça dans ma classe. Je suis super curieuse du coup. Je me demande comment tu fais concrètement et précisément. Chaque eval est un book? Ils peuvent saisir leurs réponses dedans? C’est quel format tes iBook, du formulaire pdf?.. Ils enregistrent comment?… C’est toi qui corrige ou il y a une correction automatique? Je découvre tout juste ton blog et je m’enthousiasme direct! Si tu as déjà expliqué comment tu utilises l’ipad en classe dans d’autres articles, un petit lien me suffira, hein :-)

    Merci en tout cas!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s