Hétérogénéité et complémentarité des outils numériques

20140629-085853-32333316.jpg

Depuis quelques jours j’ai rangé mon iPad et je me livre à mes activités numériques favorites depuis une petite Nexus 7 sous Android Kit Kat.

Mais pourquoi donc ?
Tout simplement parce que j’en avais marre de "survoler" Android. J’ai voulu aller plus en profondeur dans ce système d’exploitation que je trouve de plus en plus pertinent. Je poursuis donc la logique du précédent billet "La technologie on s’en fout…" en essayant de trouver des usages qui ne seraient pas (ou le moins possible) tributaires d’un plateforme.

Alors ça donne quoi ?
Et bien je ne me suis pas trop senti dépaysé en fin de compte.  Si on met de côté iLife et iWork, j’utilise pas mal d’apps universelles (Evernote, Google Drive, Explain Everything, Book Creator) et j’ai donc facilement retrouvé mes repères dans le Google play store.

Android me semble maintenant bien plus structuré qu’il n’a pu l’être auparavant.

Alors l’utilisation en classe ?
Et bien ma foi je me dis qu’un parc de tablettes hétérogène serait sûrement un vecteur de créativité. Chaque OS ayant ses qualités et ses défauts, je pense qu’utiliser les 2 pourrait amener une certaine complémentarité.

Je vais donc laisser trainer cette petite Nexus sur les tables de mes élèves et voir ce qui en ressort.

Tu laisses tomber iOS ?
Pas encore. Difficile pour moi (pour l’instant) de vraiment bosser sur cette tablette Android en tant que prof. Mais cela vient peut-être aussi de la taille. Néanmoins, il manque une vraie suite bureautique à la hauteur de iWork. Mais il n’empêche que pour un usage quotidien la petite tablette de chez Asus assure. Elle est d’ailleurs particulièrement agréable pour la lecture. Et pour un usage de classe, je ne vois pas vraiment de limitation (il manque Adobe Voice !!!!!)

Ceci m’amène a la conclusion que, pour le numérique comme pour beaucoup d’autres domaines, on a beaucoup à gagner à favoriser la mixite , le métissage et les mélanges.

11 Commentaires

Classé dans Education

11 réponses à “Hétérogénéité et complémentarité des outils numériques

  1. Salut François

    Ma curiosité m’a poussé à aller voir du côté d’Android depuis un moment, et on ne peut que constater le dynamisme de Google et de tous les créateurs d’apps…
    La philosophie est très différente de celle d’Apple, parfois c’est le foutoir complet, mais ça bouillonne tellement que de bonnes choses finissent par sortir…
    Je ne sais pas si tu as vu, mais Google a annoncé la possibilité prochaine de recopie de l’écran des bidules Android via Chromecast, voilà qui va faire plaisir à beaucoup d’enseignants.

    Par contre, en classe, j’ai trouvé que la Nexus 7 était un peu "pitchounette", d’autant plus que le bas de l’écran est mangé par les boutons virtuels…
    mais c’est certainement dû à l’habitude des 10 pouces, et doit bien entendu dépendre des utilisations qui sont faites.

    Le seul problème d’Android, (mais c’est un avis personnel) c’est la grande tristesse de son interface. Heureusement, il y a des solutions pour remédier à ça. Tiens, en ce dimanche, jour d’expériences sur canapé, essaie d’installer Aviate associé au pack d’icônes Belle UI sur ta Nexus : instantanément, la "grille" classique prend un coup de vieux, que ce soit celle d’Android ou même (j’ose à peine l’écrire), celle d’Apple….
    Ah, ça bouge, ça bouge… tant mieux :-)

  2. Bonjour,
    Tu devrais retrouver la plupart de tes applications sous Android (mais pas toutes, Adobe Voice notamment).
    Le grand avantage des tablettes Android est… Le prix (nerf de la guerre), tu peux trouver des tablettes 10 pouces récentes equivalentes aux iPad de dernières générations hors GPU graphique avec micro sd, câble micro HDMI pour 250€ (ASUS par exemple)
    Concernant une suite office, Kingsoft office qui vient de changer de nom est très complète. L’ergonomie se rapproche des dernières versions de Microsoft Office (le ruban).
    Bon amusement, qu’importe l’OS, pourvu qu’on est l’ivresse;-)

  3. christian

    Bonjour,
    Content de voir que vous explorer l’autre pays merveilleux des applications. Au-delà de la querelle de clochers technologiques, Android présente l’avantage éthique de laisser à l’utilisateur la speudo liberté d’acheter la marque qu’il veut (pseudo car le système d’exploitation ne nourrit ici aussi qu’une seule marque). Et de pouvoir soutenir des entreprises françaises qui produisent des tablettes (certaines équipées de suite bureautique qui vous manque temps) et pour les autres la célèbre marque au double o la propose en application. Je finirais sur un cocorico financier pour argumenter qu’en plus d’être francaises ces tablettes sont bien plus attractives que la marque a la pomme (7 pouces a partir de 99€ et 9.7pouces retina a 259€). Une formidable occasion pour donner des alternatives aux futurs consom’acteurs.
    Merci pour la qualité et le ton de vos écrits quisont aussi agagréables qu’instructifs. Cordialement chris

  4. Da Silva

    Ma fille a une nexus 7 et j’ai un iPad. Ça fait 2 fois que la nexus tombe et ne s’allume plus. Obligé de la changer pour une autre. Du coup fini la garantie. Elle reste donc dans la chambre sans pouvoir fonctionner. L’iPad est déjà tombé. L’écran en verre a cassé et a été changé. Le système est toujours aussi fiable. Résultat iPad est plus solide…

  5. Je suis sur Android depuis pas mal de temps, d’abord pour mon smartphone, puis ma tablette depuis un an. Grande utilisatrice de la suite Goggle, je suis ravie. Par contre, pour les applications pour enfants , il y a encore de grandes lacunes dans le portage pour Android. Même si je trouve de belles applis sur Android, certaines autres ne sont encore disponibles que sur Apple. Il y a une histoire de coût du codage, mais aussi, je pense, une réticence due au piratage (quoiqu’il existe aussi sous ios). Il faut aussi saluer la mise en place de la catégorie enfants sur l’appstore, qui permet de s’y retrouver déjà un peu dans la masse d’offres (applis sans achats supplémentaires, sans liens vers internet). Le store android est quand même extrêmement confus et sans aucun filtrage.

  6. Salut les amis, je tiens à préciser que cet article a pour de prouver l’inutilité de la guéguerre des systèmes d’exploitation et de montrer la complémentarité qui peut découler de l’usage de plusieurs OS. Les comparaisons me semblent donc inutiles.

  7. Ah, oui, en effet… Mais plusieurs OS, ça veut dire plusieurs tablettes. Or la plupart du temps, on doit choisir entre l’une ou l’autre. Sinon, bien sûr, avoir une de chaque, ça résout bigrement les lacunes respectives des OS ! Désolée d’avoir mal interprété votre billet.

  8. "Chaque OS ayant ses qualités et ses défauts, je pense qu’utiliser les 2 pourrait amener une certaine complémentarité. »
    Alors, justement, quels sont ces qualités et défauts inhérents aux deux plateformes ?

  9. Zepmac

    Pour connaître les deux systèmes (opération ClisTab (14 iPad) et une opération de mécénat (30 tablettes sous android), je peux te dire qu’il existe une réelle différence dans la gestion quotidienne de ces flottes de tablettes à l’avantage certain d’Apple : l’écosystème d’Apple offre par exemple la possibilité d’achat en volume d’applications (réduction de 50% pour un achat de plus de 20 licences) et une distribution facilité des applications sur les tablettes avec Apple Configurator. Il n’y a pas d’équivalents aussi simples et intégrés d’application de gestion de tablettes et de distribution d’applications dans le monde android où il faut acquérir une carte Google Play pour acheter des app sur le Play Store.
    Justement, le Play Store est un foutoir intégral où les meilleures ventes apparaissent en première page; on y trouve souvent des couvertures d’ouvrages pas très recommandables pour un public scolaire; des applications différentes portent le même nom si bien que le prestataire chargé de l’achat et de l’installation des applications nous installe des applications pour le second degré dont nous n’avons que faire; l’offre d’applications éducatives en français est indigente, etc. Je pourrais écrire des tartines sur nos déboires concernant la flotte de tablettes sous android. Alors, oui UNE tablette Nexus dans une classe, c’est peut-être sympa, mais une flotte de tablettes sous android, c’est la galère au quotidien. Bien sûr, il y a le problème du coût, mais à quoi peut bien servir une flotte de tablettes achetée à un coup avantageux si son usage au quotidien décourage la bonne volonté des enseignants ?

  10. Antoine Moussy

    La réflexion est tout à fait juste sur le principe. Mais si au niveau de la classe, le choix d’un OS ou d’un autre – voire des deux – ne pose pas de problème particulier, il n’en est pas du tout de même dans la constitution d’un projet cohérent d’équipement par une collectivité.
    Donc la diversité, oui, si on considère une dizaine de tablettes. Pour plus de tablettes – et sauf si on veut y passer un temps fou – le choix d’un OS s’impose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s