Les fiches évaluations sur iPad

Par défaut

Voici un article qui fait suite à celui sur l’évaluation autogérée. Je vous recommande d’ailleurs de lire cet article dans un premier temps sinon vous aurez du mal à accrocher celui-ci.

J’ai mis pas mal de temps avant de trouver une organisation qui me plaisait. Voici quel était mon cahier des charges. Il fallait pour moi que les élèves puissent aller chercher une évaluation facilement dans un « recueil » en quelque sorte, ou une banque d’évaluation. Il fallait qu’ils puissent aisément identifier la compétence sur laquelle ils souhaitent être évalués. Je souhaitais également que l’impression soit simple, rapide et ne nécessite pas ma présence.

J’ai donc créé mes plans de travail. J’ai ensuite créé un document type Word avec une fiche évaluation contenant toutes les évaluations de chaque matière pour la période.  J’ai exporté les fiches évaluations au format PDF. Le but était de les intégrer à la bibliothèque virtuelle de l’application iBook sur l’iPad.

Pour cela, il suffit de faire un glisser-déposer des fichiers PDF dans iTunes (section livre) et de synchroniser avec le ou les iPads.

L’iPad s’est révélé un outil formidable en ce sens qu’il répond, avec mon organisation, à tous les critères que je souhaitais. Je n’ai pas voulu créer trop de fichiers, alors je me suis limité à un fichier maths et un fichier français par période afin que les élèves se repèrent facilement (il y a également 3 essais, donc 3 fiches différentes avec toutes les évaluations de la période). Dans chaque fichier, ils se repèrent aux compétences inscrites en haut de page.

Pour l’impression : rien de plus simple. Il suffit d’utiliser la fonction « Airprint » de l’iPad (impression sans fil). Et si vous suivez le blog depuis le début, vous savez déjà qu’il n’est pas obligatoire d’avoir une imprimante compatible puisqu’il existe un petit programme qui rend n’importe quelle imprimante apte à imprimer sans fil avec la tablette.

J’ai donc transformé mon dinosaure de photocopieur en imprimante wifi et par la même occasion permis aux élèves d’imprimer sans fil et sans délai l’évaluation de leur choix.

Edit de l’article suite à des questions très pertinentes dans les commentaires :

Voici un exemple de fiche d’évaluation.

 

Elles font au minimum une page A4, parfois 2, ce qui demande aux élèves d’imprimer un intervalle de pages (B2i quand tu nous tiens). Une fois l’évaluation terminée, la fiche est collée dans le « cahier d’évaluation ». La correction se fait toujours en individuel avec l’élève afin d’observer les éventuelles erreurs et faire verbaliser une remédiation à l’enfant. Pour quantifier la réussite, j’utilise un code couleur classique (Vert : la notion est maitrisée, orange : la notion est partiellement maitrisée et rouge : la notion n’est pas maitrisée du tout). Le code couleur est défini avec l’élève (voire dans certains cas, par l’élève), indiqué sur la fiche, puis reporté sur le plan de travail (ce qui donne une vue d’ensemble de l’acquisition des compétences sur la période).

Un petit bémol cependant : il est inhérent à la fonction d’impression d’iOS. Il est arrivé à plusieurs reprises que des élèves se trompent et impriment toutes les évaluations d’un fichier au lieu d’une seule. On se retrouve donc avec 15 fiches au lieu d’une. Ce ne fut pas fréquent, mais pour moi qui déteste le gaspillage de papier…

Sinon, je suis enchanté de ce procédé. Pour le moment, je n’ai rien trouvé de plus efficace.

5 réflexions sur “Les fiches évaluations sur iPad

  1. Merci pour ta réponse et ta rapidité.
    Au point de vue de la forme de l’évaluation, combien de place prend-elle sur une feuille A4 ? Reste-t-il parfois du blanc inutile ? Est-ce que tu t’arrange pour que chaque éva prenne une page complète ou y a-t-il plusieurs éva sur une page ? Peux-tu mettre un exemple de page entière imprimée par un élève ?
    Une fois l’évaluation passée par l’élève, qu’en fait-il ? (autocorrection ? rangement quelque part jusqu’à ta correction ?) Et après la validation, où sont archivées les éva ?
    Merci pour tes futures réponses !

  2. Voilà, j’espère avoir répondu à tes question dans les modification que je viens d’apporter à l’article. N’hésite pas à en poser d’autres, c’est super intéressant !

  3. Ok ! Ta réponse m’éclaire.
    Voici d’autres questions : Si tu n’es pas disponible de suite pour valider avec l’élève, quand cela a-t-il lieu ? Peux-tu être plus clair sur la gestion des temps et lieu d’évaluation : Quand a-t-elle lieu ? Où dans la classe ?
    Comment gères-tu le nombre d’élèves (plusieurs à passer différentes éva en même temps) ? Que fais-tu s’ils s’entraident pour une éva (comment gères-tu les déplacements, les contacts éventuels entre évalués) ?
    En ce qui concerne le code couleur : Ne trouves-tu pas une limite dans ce code à trois couleur -> oui, non, au milieu, qui nous amène à avoir un grand nombres d’élèves « orange » avec des niveaux différents ? Que penses-tu de l’utilisation de 4 couleurs (rouge = non maîtrisé, orange = en cours de maîtrisé, jaune = presque maîtrisé, vert = parfaitement maîtrisé.) qui permet aux élèves « jaune » de voir leur marge de progression par rapport à l’étape « orange » ?

  4. Alors, dans l’ordre :
    Les évaluations autogérées ont lieu sur un temps défini dans l’emploi du temps (sur le temps d’une séance ordinaire soit 30 à 45 minutes) plusieurs fois dans la semaine. La fréquence est variable en fonction des besoins.
    Elles se passent dans la classe sans lieu particulier. Je distribue les tablettes aux élèves et ils impriment depuis leur place, puis vont chercher leur éval à l’autre bout de la pièce.
    La correction se fait sur ce temps, c’est à dire le plus vite possible pour ne pas différer et battre le fer tant qu’il est encore chaud (si je puis m’exprimer ainsi). Si le temps me manque vraiment, on attend la séance suivante, ce qui est moins intéressant, mais malheureusement, le temps n’étant pas extensible…
    Pour ce qui est de l’entraide, il est défini dans le contrat que nous passons pour ce fonctionnement qu’elle n’a lieu que lors des entrainements. Lors d’une évaluation, pour se rendre compte de leur degré d’acquisition d’une notion, ils semblent avoir compris qu’ils doivent réaliser la fiche sans aide (du moins l’an passé, ça s’est passé comme ça).
    Pour ce qui est du code couleur, je ne suis pas convaincu qu’apporter des degrés dans le « en cours d’acquisition » aide plus l’enfant qu’une correction individuelle, dans laquelle on passe en revue les erreurs et les moyens de les corriger. Disons qu’avec le système des 3 essais qui est déjà complexe, on ajouterait encore un codage supplémentaire qui, selon moi, n’apporterait pas énormément.

  5. Sophie

    Pour en revenir aux couleurs, nous nous sommes questionnés de la même manière qu’audecorbieres. Nous étions souvent gênés par le « orange ».
    Dans l’école nous appliquons donc les 4 couleurs (rouge non acquis, orange en cours d’acquisition, jaune presque acquis, vert acquis)
    À mon sens, c’est aussi pour les élèves un encouragement supplémentaire à atteindre le vert.
    Enfin, à noter ;-), notre inspecteur était d’accord avec nous.
    Voilà pour mon petit partage d’expérience 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s