Remplacer une illusion de contrôle par une observation fine et réfléchie

Par défaut

IMG_1220

Cela va faire plusieurs années que je fais un gros travail sur moi en classe, sur ma posture, sur mon rôle dans la classe. Souvent lors d’un séance, je me pose à la question « A quoi faut-il que je serve ? ». Pas dans le sens ou je me sens inutile non. Mais nous disposons de si peu de temps à consacrer à chaque élève que je me pose régulièrement le souci de la rentabilité de mes actions.

Je me suis rendu compte depuis un bon moment, que, par mimétisme sûrement, ou bien à cause d’une image sociale du rôle de l’enseignant, que j’étais un vrai addict au contrôle.

J’ai pendant tout le début de ma carrière essayé de contrôler tout ce qui se passait dans ma classe, tout le temps. Je pense que c’était une grosse erreur (de débutant mais pas que).

Il y a environ 2 ans j’ai eu cette révélation. On ne PEUT pas contrôler en permanence tout ce qui se passe dans une classe. Quand bien même on le pourrait, cela réduirait à néant l’esprit d’initiative des élèves et l’individualisation et la différenciation serait impossibles. Attention je ne suis pas en train de dire qu’il faut laisser les élèves faire ce qui leur chante dans la classe hein.

Et croyez le ou pas, mais arriver à cette conclusion qui semble pourtant complètement évidente, bah ça soulage et ça permet d’envisager d’autres façons de faire.

Dans une journée de classe, je vais me fixer des objectifs avec certains élèves ou groupes d’élèves en particulier. Des élèves pour qui je sais que ma présence aura un vrai impact dans leurs apprentissages à un instant T. Je ne dis pas que je vois juste à chaque fois. Comme tout le monde il m’arrive de me tromper.

C’est donc là que je me suis rendu compte que l’abandon de cette illusion de contrôle nécessitait d’autres outils. Des outils d’observation. Des outils qui me permettent à n’importe quel moment d’avoir une vision sur l’ensemble des acquis et des difficultés de mes élèves.

Vous l’aurez compris, ces outils sont le plan de travail et les ceintures, mais aussi un affichage de classe sur l’état des ceintures pour chaque élève dans chaque domaine (cet affichage sert aussi pour le tutorat, l’entraide et la coopération, mais ça j’y reviendrai dans un prochain billet), et enfin des tableurs qui font à peu près la même chose que cet affichage mais pour moi cette fois ci. J’ai donc en permanence avec moi (merci la tablette et le Cloud) un état des lieux précis des acquis de mes élèves.

Au quotidien ça change la vie. J’en parlais dans un article précédent, rendre les élèves le plus autonomes possible me libère du temps pour réaliser mes objectifs chaque jour. Il ne s’agit pas uniquement d’aider des élèves en difficulté (même si c’est quand même ça en grande partie). Un de mes objectif pourra, par exemple, être d’aiguiller un élève avancé vers une notion que nous n’avons encore travaillé au moyen d’une capsules, de questionnaires, de fiches d’entraînement. Dans ce sens je peux dire que j’inverse un partie de ma classe.

Bref, arrêter de vouloir tout contrôler, c’est synonyme de sérénité, d’efficacité et de concentration pour moi. Ca passe par de la confiance donnée aux élèves, indispensable pour qu’il vous donne la leur.

A tester donc !

7 réflexions sur “Remplacer une illusion de contrôle par une observation fine et réfléchie

  1. Toujours aussi plaisant de te lire François ! Ton billet me fait penser à la capsule d’Audrey, qui se dit « explicaholique » (à voir ici: https://www.youtube.com/watch?v=4ZEM1Ppx0sY).
    Est-ce que notre dépendance professionnelle à vouloir toujours donner des explications aide ou entrave les apprentissages de nos élèves? Alors, à quoi sert-on? Comment se positionner pour trouver une place où l’on serait efficace pour chacun?

  2. « Contrôler », « évaluer », notions utopiques (et avec des résultats probablement faux), comme tu le dis.
    « Se rendre compte », « observer » et « garder une trace » (pour soi, pas pour la hiérarchie ou les parents) des élèves donnés qui ont une difficulté donnée, pour pouvoir ensuite agir sur cette difficulté et ces élèves, par plein de manières possibles, ça donne quand même une visibilité utile.

  3. une démarche intéressante, se lancer (collectivement avec les enfants) le défi d’une demi-journée sans que le maître ne parle une seule fois (ou alors simplement en relation duelle mais c’est moins bien pour le défi car il reste un échappatoire).

    Au-delà du jeu que cela représente, ça demande d’une part de construire une journée particulière pour l’enseignant afin que sa parole ne soit pas indispensable(je crois que nous parlons trop) et surtout d’autre part, cela amène une réflexion à l’intérieur du groupe sur le thème « Qu’est-ce que nous (élèves) pouvons gérer nous-mêmes ? »
    (bruit, timing, gestions des outils, …)

    c’est un défi qui rejaillit sur tout le reste de l’année et qui me paraît complémentaire de ta démarche ci-dessus. A essayer.

  4. Dans cet article, tu associes dans la même phrase « révélation » et « pas contrôler »… J’ai rédigé un article aujourd’hui où j’ai fait pareil.
    Expériences différentes, élèves différents, niveaux différents, mais nous aboutissons à la même conclusion: Lâcher prise pour être efficace!
    Je te rejoins aussi totalement sur ta dernière phrase: « Bref, arrêter de vouloir tout contrôler, c’est synonyme de sérénité, d’efficacité et de concentration pour moi. Ca passe par de la confiance donnée aux élèves, indispensable pour qu’il vous donne la leur ».
    Donc, testé et approuvé!!!

  5. brunier

    est ce que vous faites circuler vos expériences ? Je n’ai pas l’impression qu’aujourd’hui tous les professeurs des écoles, comme on les nommes, soient au clair avec ses méthodes qui doivent déranger quelques peu leur postures. Dommage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s