Pour être un prof sans papier !

Par défaut

paper-sony

A-t-on vraiment besoin de papiers, cahiers et autres feuilles pour organiser son travail d’enseignant ? C’est la question que je me pose depuis plusieurs années. Je crois avoir une partie de la réponse et je vais vous l’exposer dans cet article.

Voilà maintenant plusieurs années que je dis souvent que mon cartable, c’est ma tablette. Chez moi vous ne trouverez pas d’étagères remplies de classeurs et autres supports papier pour une raison simple : je n’en ai pas, et ne ressens pas le besoin d’en avoir.

Ce n’est pas pour autant que je n’ai pas de ressources à portée de main, mais s’il y a un truc que je déteste c’est fouiller dans des papiers. J’ai l’impression de perdre du temps.

1. Les prep, fiches, séquences, cahier journal et autres…

Là on dit quand même un gros merci à la tablette. Quel besoin d’imprimer tout ça, quand c’est dispo, classé (on reviendra plus tard), en couleur sur une machine plus fine et plus légère que n’importe quel classeur (voire qu’un crayon) ? Attention quand même pour être un bon prof sans papier, il faut vous assurer que vos ressources numériques sont consultables voire imprimables (grrrr) par un éventuel remplaçant ou lors d’une inspection.

Tout mon matériel numérique est donc synchronisé entre mes machines (tablette, ordinateur et smartphone) et l’ordinateur de ma classe avec une petite notice explicative quant à son accès (voir image ci-dessous).

IMG_1248

Pour ce qui est du cahier journal, je le crée avec Pages (iOS) puis l’exporte en PDF dans Notability. Cette dernière app me permet d’annoter mon cahier journal tout au long de la semaine et d’ajuster très rapidement ou bien de me marquer les choses dont je dois me rappeler (j’ai une mémoire de poisson rouge). Notability sauvegarde automatiquement toutes ces annotations dans mon Google Drive, ce qui permet donc au cahier journal d’être accessible depuis l’ordinateur de la classe.

Et si tu as pas Internet ?

3 solutions : Soit stocker en local, ce qui permet d’avoir accès à tout mais il faut, pour cela, avoir suffisamment d’espace de stockage sur sa tablette (la mienne fait 64Go). Autre solution : le partage de connexion depuis un smartphone qui permettra à la tablette d’accéder au réseau. Enfin, il existe des tablettes qui ont accès au réseau cellulaire. dans ce cas, l’accès à internet est possible partout où il y a de la 3G.

2. La prise de notes

Au départ on me regardait comme une bête curieuse aux conseils d’écoles, réunions de rentrée etc. Et puis au final, les collègues se sont rendus compte que la prise de notes sur support numérique avait des aspects plutôt sympathiques.

D’abord j’ai accès aux comptes rendus et à mes notes des années/périodes précédentes. Pratique pour voir où on en est d’une année à l’autre (les ordres du jours notamment). Généralement on a un cahier de réunion par année, pas évident de se trimbaler avec 2 ou 3 cahiers à chaque réunion.

« Ouais mais tu peux rien coller dedans!  » Et si : réponse dans le dernier paragraphe 😉

Autre point intéressant, une fois la réunion terminée, j’envoie mes notes dans la foulée à tous les participants par mail. Pas besoin de se prendre la tête à ce que tout le monde prenne des notes. On garde le temps précieux de réunion pour parler et échanger.

Pour la prise de note j’utilise la plupart du temps Evernote, mais il m’arrive d’utiliser Notability également.

Bon, j’avoue, là où on me fait des gros yeux c’est pour la prise de photos. Pendant une animation pédagogique je prends régulièrement des photos des diapos présentée par l’animateur, puis j’annote (gain de temps précieux et clarté dans les notes).

3. Le classement

L’autre objectif des classeurs et des cahiers c’est quand même le classement. C’est là qu’Evernote rentre en jeu. J’en parle dans cet article. L’app est surpuissante quand il s’agit de classer (pour peu qu’on ait quand même réfléchi à comment on va organiser ses notes).

J’utilise énormément la barre de recherche également.

Capture d’écran 2014-10-27 à 10.20.53

Les carnets me servent à prioriser les tâches, les étiquettes à les classer. J’ai accès à tous les comptes rendus de réunions, à toute les notes prises en animation, mes séquences, des liens sur des sujets précis et ce, en quelques secondes. Je tague également mes notes par périodes ce qui me permet d’une année à l’autre d’avoir une vue d’ensemble de ce que je dois faire (séquences, tâches administratives, listes de choses à faire).

Capture d’écran 2014-10-27 à 10.48.32

Et surtout les notes sont évolutives. Sur une séquence en français récemment j’ai rajouté une production d’écrit sur Twitter que je n’avais pas pensé à faire l’année précédente et hop, je suis sûr d’y penser l’année prochaine quand je rouvrirai la note.

La petite astuce

IMG_1059

Une des fonctions que j’adore dans Evernote, c’est la prise de photos pour documents. En gros l’app traite la photo prise pour couper l’image aux contours d’une feuille de papier et contraste pour avoir l’équivalent d’un scan. C’est vraiment très très très pratique. Les feuilles volantes, ça se perd, se plie, se déchire, on peut renverser du café dessus… Je ne ramène plus de feuille qu’on me distribue en réunion. Je scanne directement, je tague et hop !

Alors oui, on peut faire tout ça avec un classeur etc… Mais, pour moi, il y a un gain de temps considérable dans cette méthode, ce qui me permet de me concentrer sur l’essentiel !

Attention quand même, les machines ne sont pas infaillibles, loin de là. Pensez à faire des sauvegardes ! C’est la contre partie du tout numérique et la condition obligatoire pour une vraie tranquillité d’esprit. Et enfin, il existe des documents papier, notamment administratif qu’il faut conserver ! (Mais rien n’empêche de les scanner pour un accès rapide).

7 réflexions sur “Pour être un prof sans papier !

  1. Isac

    Je vais montrer cet article à mes collègues, qui se moquent (voire plus !) de ma pratique, récente certes, à n’avoir que des versions numériques des documents que je crée ou que je reçois. Je n’ai pas atteint votre degré d’organisation (faute d’avoir un peu peur de passer beaucoup de temps à étudier et comprendre toutes les fonctionnalités d’Evernote !) mais avec Drive, Dropbox et l’appli Camscanner sur mon smartphone, je fais déjà pas mal de vide dans mes paperasses. Reste le souci du remplaçant éventuel.. Mais quand je suis absente, et s’il me reste un degré de conscience suffisant, j’envoie le matin même mes instructions par mail.
    Pour Evernote, j’aimerais que l’on m’explique si c’est faire un doublon de garder Dropbox and co si je l’utilise…

  2. Bravo!! J’ai beaucoup de chemin à faire. J’ai commencé depuis 2 ans à éliminer le papier en le remplaçant par le numérique via ma tablette. Mais quand je vois votre boulot, je suis admirative.

  3. Moi aussi on me regarde avec de gros yeux quand je prends en photo le tableau blanc aux animé pédagogiques avec mon téléphone! lol J’utilise de plus en plus Evernote aussi, c’est génial cette appli! Y a t il d’ailleurs un moyen de sauvegarder ce qu’il y a dedans? Merci pour tous tes articles, je suis en train de me caler sur tes méthodes (j’ai réalisé pendant ces vacances les ceintures maths et français pour toute l’école), et j’adore!

    • Il y a une possibilité d’export des notes. Je n’ai jamais tenté de faire une sauvegarde car techniquement, une note supprimée par inadvertance va dans le dossier « corbeille » avant d’être supprimée. Pour les fichiers « vitaux » je fais une sauvegarde dans Google Drive au cas où.

  4. Tout pareil ! Je me suis fait inspecter l’année dernière et je n’ai présenté aucun classeur à mon inspecteur, ni porte-vue, ni rien… je lui ai montré ma dropbox avec tous les documents consultables… il a trouvé ça très bien.

  5. Sandie

    Bah moi je ne peux pas me passer du papier ; j ai trop besoin de ma mémoire kinesthésique:-/ Tout ce qui est tapé chez moi a été écrit à la main avant. Je n arrive pas à synthétiser mes idées assez rapidement sur un clavier…

  6. Christelle

    Quel bonheur d’avoir tous ses doc sous le bras dans un sac léger, j’en rêve surtout en poste fractionné! Je ne suis pas encore prête à emporter ma propre tablette à l’école.
    Si déjà il y avait un ordinateur dans le bâtiment ( j’ose pas dire dans la classe), je pourrai utiliser ma clé usb et si en plus il y avait internet je pourrai même faire de recherches…
    Dans ma commune, je pense que c’est assez utopique se demander une tablette par prof. Pourtant, ça serait tellement bien de pouvoir faire un album écho sans avoir à imprimer plein de photos ( on a pas d’imprimante non plus, évidement…)
    PE: je suis dans un gros groupe scolaire ( 20 classes environ maternelle et élémentaire) et les moyens informatiques ( quelques postes et 1 imprimante noir et blanc) sont en priorité sur l’élémentaire. Il y a 5 bâtiments et les deux bâtiments des maternelles ne sont pas équipé ni éventuellement prévu pour accueillir internet ( ils ont été refait à neuf, il y a deux ans) . La mairie ne veut pas s’engager dans la maintenance informatique….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s