La pédagogie inversée… Je ne trouve pas ça renversant

Par défaut

Oui je sais, encore une accroche facile 😉

Non mais en vrai, il y a un truc qui me chiffonne avec la pédagogie inversée. On en parle beaucoup, on la met à toute les sauces. Je voulais donner mon point de vue là dessus.

Déjà, je ne parlerai que de ce que je connais, c’est à dire du primaire. Pour le second degré il est fort possible que mon propos ne tienne pas la route et j’en suis conscient. De plus, il se peut que j’aie mal compris le concept et dans ce cas, je suis tout à fait ouvert à ce qu’on m’explique ce que j’ai compris de travers.

Ce que j’ai compris de la pédagogie inversée

Parce que sur le papier ça a l’air super et j’ai voulu me laisser tenter… Mais oui… Mais non. Dans un premier temps, il est mis à disposition des élèves des documents (capsules vidéo ou autre) que ceux-ci doivent regarder en amont de la classe. Il est possible de donner cette tâche aux élèves en tant que « devoirs » (et là, je ne suis pas du tout pour) ou de le faire en classe pour les élèves n’ayant pas un accès internet.

Peut s’en suivre un questionnaire (type google docs) qui permettra à l’enseignant de faire des groupes en fonction de ce qu’auront compris les élèves et coller au mieux de leur besoin (et ça j’aime!!!).

De retour en classe, les élèves pourront poser des questions, manipuler, s’entraîner et l’enseignant pourra mettre en place une vraie différenciation et/ou de la remédiation.

Je résume grossièrement hein mais, je crois que c’est l’esprit du dispositif.

Mais elle est où l’inversion ?

Voilà où je voulais en venir. Le travail des collègues qui mettent en place ce type de dispositif est remarquable (je pense à Soledad, dont j’admire vraiment le boulot). Et loin de moi l’idée de dire que je fais mieux (où moins bien).

Le truc c’est que je ne vois pas la différence avec une pratique constructiviste, voire socio-constructiviste. On a une séance de découverte, d’observation. Puis on institutionnalise ce qu’on a pu observer, on en fait une synthèse. On s’entraîne, on systématise et enfin on réinvestit, on transfère les connaissances acquises dans un contexte nouveau.

Usage et pas courant pédagogique

Je crois qu’en fait, ce qui me gêne, ce n’est pas la pratique de ce dispositif. Au contraire il est selon moi très pertinent. C’est peut-être le fait de coller le mot « pédagogie » dans le nom de cette pratique. Cet usage, grandement facilité par les nouvelles technologie est pour moi dans la continuité du constructivisme. Alors dans un sens, on pratique tous plus ou moins la pédagogie inversée (à condition d’avoir un dispositif et des outils de différenciation). Enfin sauf si on balance une leçon de but en blanc sans aucun préalable et qu’on essaie de l’expliquer après. Je pense que cette « pédagogie inversée » c’est tout simplement un usage constructiviste (parmi d’autres) des nouvelles technologies dans un objectif de différenciation. Ni plus ni moins. Et c’est très bien !

Le mot de la fin

N’empêche que moi je préfère démarrer une notion en mettant les élèves en mode production plutôt que de leur donner un document (aussi bon soit-il) qui leur parlera forcément un peu moins puisqu’ils ne l’auront pas produit. Mais ça, c’est une opinion personnelle, valable pour moi et pas forcément pour quelqu’un d’autre. Pour ce qui est de la différenciation, je me sers des ceintures et des PDT, mais là encore l’objectif est le même : permettre un parcours différencié pour chacun. C’est juste le moyen d’y parvenir qui diffère.

8 réflexions sur “La pédagogie inversée… Je ne trouve pas ça renversant

  1. Bonjour,
    je suis d’accord le mot pédagogie inversée ne veut rien dire car on inverse pas la relation pédagogique. Mieux vaut parler pour le 2nd degré de classe inversée car c’est effectivement le processus traditionnel de la classe qui est bouleversée. Après il existe des améliorations à apporter le questionnaire n’étant pas le top! Belle journée à chacun

  2. Collin Adeline

    On inverse les rôles, le maitre se retire anime coordonne, pose le décor de la scène d’apprentissage.
    On inverse le rapport au savoir, il manque à mon a vis un élément à ton analyse: La place prépondérante des interactions élèves et l’usage pedagogique que l’on en fait.
    On inverse la pyramide de Bloom et tu le fais aussi (donc on peut inverser cette pyramide sans flipper sa classe 😉 )
    On en a déjà moi j’aime le terme pédagogie inversée car on inverse un peu plus que sa classe. D’ ailleurs la notion de classe renvoie souvent à la notion de cohorte alors que c’est presque une philosophie. Il y autant de pédagogie que d’enseignants et sans doute aussi en pédagogie inversée mais il y a des incontournables:
    – les interactions
    – le savoir délesté en amont comme « matière » à l’apprentissage
    – la production la création du chef d’oeuvre: Où comment faire entrer l’élève dans le plaisir d’apprendre.

    On en parlerai des heures et ta vision n’est pas très éloignée ni même antinomique.
    Mes amitiés à toi François
    Adeline

  3. Salut Adeline,
    Oui c’est ce que j’ai, maladroitement sans doute, essayé d’expliquer. J’ai depuis longtemps inversé mon rôle, mais dans ce que je lis ici et là je ne me retrouve pas dans cette méthode dite « pédagogie inversée ». Au final les intentions sont les mêmes et j’imagine que le résultat aussi. Mais dans ce qu’on voit sur internet de ce type de dispositif, on focalise sur la technique et pas sur le fond (et il y est !!!). Et ça me dérange, car vecteur d’usages maladroits.

  4. Moi ce que j’aime dans ton article c’est ton questionnement. La classe inversée ce n’est pas vraiment nouveau mais à la mode en ce moment. J’aime bien utiliser ce type de pédagogie mais cela en est une parmi tant d’autres. Ne devenons pas des gourous. Essayez, expérimenter et tenter est le propre d’un prof.

  5. Olivier

    Excellent billet qui, malgré tout, peut porter à confusion…
    On parle beaucoup aujourd’hui de « Classe inversée » plutôt que de « pédagogie inversée » et c’est, à mon avis, énormément différent.
    Bonne journée

  6. Soledad

    Coucou. Moi aussi je parle de classe inversée plutôt que de pédagogie. Tu as « inversé » ton rôle depuis longtemps. Mais moi, c’est en inversant la classe que j’ai entamé ma révolution pédagogique et mon changement de posture. Mais la « capsule » est l’arbre qui cache la forêt. Ce n’est que la partie anecdotique du dispositif. Oui, je les fais faire en devoirs (ouh, la vilaine 😉 mais les interactions sont le coeur du dispositif. On peut en effet avoir le même fonctionnement sans les capsules. Mais elles ont l’avantage de me dégager du temps pour être davantage avec les élèves. Et ils apprécient de pouvoir faire des pauses ou revoir plusieurs fois la même explication, ce qu’ils ne peuvent pas faire avec moi…

    • Merci pour ce retour Soledad. C’est dans l’esprit de mon propos. Je ne dis pas que ce n’est pas bien, bien au contraire. Mais comme tu le soulignes, dans ce qu’on peut lire sur la classe inversée on croirait que les capsules sont un peu le remède à tout. Hors, et tu l’as bien compris, ce n’est qu’un levier pour un changement de posture. Encore bravo pour ton boulot que je trouve vraiment génial.

  7. La pédagogie inversée est simplement une inversion par rapport au cours magistral. On inverse les lieux où se font les leçons et les devoirs. Les leçons magistrales se font à la maison par vidéo et les devoirs se font en classe pour bénéficier de la présence des pairs et du prof.

    Ce que tu fais avec cette notion après ne regarde que toi, tu as déjà 50% de la pédagogie inversée avec une approche socioconstructiviste, l’autre 50% tu peux aller le chercher en ajoutant des lectures et des vidéos pédagogiques en amont des classes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s