Vers une classe « zéro papier »

Par défaut

En ce moment j’imagine beaucoup de choses. J’ai la chance de travailler cette année avec énormément de (bon) matériel numérique. Et en ce moment je me plais à imaginer une classe débarrassée de tout papier car toutes les conditions sont réunies. Pourquoi et pourquoi pas ?

En préambule…

Tout d’abord je crois quand même utile de préciser que j’imagine mal ce genre de dispositif dans les « petites » classes du primaire pour plusieurs raisons. L’apprentissage du geste graphique sur papier me parait primordial avant de passer au geste numérique. Pour qui a déjà essayer d’utiliser un stylet sur tablette, c’est une évidence que la maîtrise du geste sur papier est un préalable. Ouais c’est quand même une habitude à prendre même si récemment, un constructeur a annoncé son super méga cool stylet (je suis encore dubitatif).

Bref, avant de se faire un représentation numérique, donc quelque part virtuelle, de l’acte d’écrire, je pense que pratiquer « en vrai » ce geste reste un prérequis indispensable.

De même l’organisation et le classement dans des cahiers/classeurs/casiers physique me parait être un préambule tout aussi capital au classement dans des dossiers et autres arborescences numériques. Alors je situe plutôt mon discours à partir du cycle 3.

Enfin, je parle du stockage des travaux, traces et autres productions. La manipulation physique d’étiquettes et autre matériel reste bien sûr, une étape indispensable dans la plupart des apprentissages.

Alors on fait comment ?

Tablettes ou ordinateur, même combat. Selon qu’on aura choisit l’un ou l’autre il faudra simplement utiliser des programmes différents (et encore). Ma préférence va vers la tablette en primaire mais ça vous le savez déjà.

Il y a dans un premier temps, la possibilité pour l’élève de ramener la tablette/l’ordinateur à la maison mais ce genre de cas est assez peu fréquent car il nécessiterait un déploiement d’outils titanesque qui, à mon sens, n’est pas justifié. J’orienterais donc plutôt mon dispositif vers des solutions universelles et multiplateformes et donc vers le stockage en ligne (je te vois venir le troll : NON on ne mettra pas de données confidentielles sur l’élève en ligne, ça fait un moment qu’on a compris).

Distribuer des documents/copie/fiches

On disposera simplement le fichier dans un espace de stockage. Là, les solutions sont nombreuses : ENT, Cloud, FTP, QR codes… C’est au goût de chacun. Il est même possible de créer son propre Cloud ou serveur de façon très simple si on est complètement parano veut garder le contrôle sur les données.

Dans mon école, on utiliser le service Box, plutôt sympa. Quand on veut donner accès à une ressource à visualiser (ou à éditer) il suffit d’utiliser le client sur ordinateur et de faire glisser la dite ressource dans le dossier commun de partage. Chaque élève disposant d’une tablette dans ma classe, ils pourront récupérer instantanément le fichier désiré. Exit la queue pour les photocopies.

Editer des documents (par les élèves)

Ca fait un bail que je l’utilise, mais cette application n’a pas pris une ride : Notability est vraiment géniale de ce point de vue. Une fois le document à éditer ouvert dans Box, il ne reste qu’à l’ouvrir dans Notability (qui crée une copie). Puis il suffira de l’enregistrer où on veut une fois l’opération terminée. Est-ce que ça prend finalement plus de temps d’imprimer un fiche, de la compléter puis de la coller dans un cahier ? Pour le vivre au quotidien, la réponse est non.

Corriger des documents

Pour les ceintures de compétences notamment, j’ai créé un dossier « Corrections ceintures » dans Box. Dossier dans lequel mes élèves peuvent déposer les fiches à corriger. Pour la correction, j’utilise l’annotation dans Aperçu sur Mac qui me permet d’éditer directement le PDF de l’élève à son emplacement (aussi rapide que la correction au stylo). Puis, je dépose le fichier dans le dossier personnel de l’élève. L’avantage pour la suite, c’est que c’est déjà classé.

Partager avec les familles

C’est un point a éclaircir. On pourrait tout simplement imprimer tout ça mais pourquoi ne pas simplement partager le lien qui pointe le dossier élève par mail avec les familles ? Ce lien ne permet pas de modification par celui à qui il est envoyé, mais le dossier est complété en classe ou par l’enseignant au fur et à mesure. La famille n’a ainsi accès qu’au dossier de son enfant et le dossier en question évolue avec le temps.

L’accès aux ressources n’importe où et n’importe quand

Cette années encore je stocke toutes mes leçons dans des notes Evernote (soigneusement classées) contenant un trace écrite, un vidéo et des exercices d’entraînement). Le compte Evernote est accessible sur toutes les tablettes et les ressources sont partagées en lecture seul (pour éviter les boulettes) depuis mon compte personnel. Ma chaîne Youtube est également accessible et pour les ressources vidéos créées par les élèves je me tâte encore (mais une chaîne Youtube de classe me parait une bonne option).

Y a pas que les fiches dans la vie !

Pour les productions plastiques, le seul moyen pour les élèves reste de les ramener à la maison. Mais là, pas de souci, c’est le but.

Pour les productions sonores et vidéo, il y a, là aussi pléthore de moyen de stockage. Et oui, parce que si on ne veut pas saturer l’espace Cloud (ou du moins ne pas avoir payer pour étendre le stockage) il faut bien trouver d’autres moyens. Youtube pour les vidéos (en mode privé avec mdp si souhaité), Evernote ou SoundCloud pour l’audio… Et une copie du lien dans un document qui rassemblerait ces productions.

Les moyens sont là mais…

Tous les outils existent MAIS, la grande question reste celle de l’organisation de ces productions. Comment être capable de les retrouver facilement ? Quel classement ? C’est bien là qu’il va falloir faire preuve de simplicité et d’efficacité. Il faudra penser en nombre de clics, de mots de passe, de liens à enregistrer. En gros, si de nos jours tous les outils existent pour travailler sans papier en classe, le vrai challenge réside dans l’organisation des données. Et de ce point de vue, je pense qu’on faire des merveilles et même que les outils numériques pourraient permettre aux élèves de conserver des documents d’une année sur l’autre dans un logique de cycle et de s’y repérer bien plus facilement que dans de gros classeurs qui s’accumulent, s’abîment ou se perdent. A la condition cependant de prévoir des sauvegardes. Là encore, il existe maintenant des systèmes de sauvegarde automatique complètement transparents qui permettent de récupérer des données supprimées ou égarées.

De plus, il ne faudra également pas perdre de vue que les interactions entre élèves sont au centre des apprentissages. Pour moi, dans les situations d’apprentissages, le modèle à adopter reste 1 outil numérique pour plusieurs élèves, pour qu’ils apprennent autour de l’outil mais que celui-ci ne soit pas le sujet principal (mais bel et bien la notion/production sur laquelle les élèves travaillent).

Pour conclure

Il y a du travail pour passer au zéro papier sans brûler les cahiers les étapes et sans oublier l’essentiel. Mais au final, je crois qu’il va falloir que l’école évolue dans ce sens (et je ne parle même pas du poids des cartables) car au final, sous réserve que le dispositif soit bien pensé, il y a un gain de temps réel et non négligeable. L’efficacité dans l’archivage et l’accès au données me paraissent également très important, surtout dans une dynamique de cycle au cours duquel les dossiers élèves pourraient suivre d’un classe à l’autre. Encore une fois, l’idée est d’optimiser le suivi des élèves et la personnalisation des parcours.

Repenser l’école, l’espace de classe, à l’ère du numérique passe par repenser cet outil de base qu’est le cahier. Les ressources, les productions. Tout ça m’amène à repenser leur place et leur utilisation. Après tout l’école du futur (proche) devra s’affranchir des murs et des espaces figés. Pour cela il faudra à mon avis, repenser donc le stockage des productions et autres travaux.

5 réflexions sur “Vers une classe « zéro papier »

  1. trilolet

    Quelle bonne surprise de te relire😀, Pour qu’une telle classe existe, peux-tu indiquer environ l’équipement nécessaire? une tablette/ordi pour deux? Pus ou moins? Au plaisir de pourvoir continuer à te lire, Marie

  2. A reblogué ceci sur Technopédagogie en général et Ipaderies en particulieret a ajouté:
    Intéressant ! Pour répondre entre autre à cette question, nous utilisons ChallengeU :
    Repenser l’école, l’espace de classe, à l’ère du numérique passe par repenser cet outil de base qu’est le cahier. Les ressources, les productions. Tout ça m’amène à repenser leur place et leur utilisation. Après tout l’école du futur (proche) devra s’affranchir des murs et des espaces figés. Pour cela il faudra à mon avis, repenser donc le stockage des productions et autres travaux.

  3. Nous en sommes au même point et nous posons les mêmes questions. Nous avons choisi ChallengeU pour répondre à ces questions.
    Repenser l’école, l’espace de classe, à l’ère du numérique passe par repenser cet outil de base qu’est le cahier. Les ressources, les productions. Tout ça m’amène à repenser leur place et leur utilisation. Après tout l’école du futur (proche) devra s’affranchir des murs et des espaces figés. Pour cela il faudra à mon avis, repenser donc le stockage des productions et autres travaux.

  4. Quel plaisir de te relire! Merci pour cet article passionnant.

    Je me posais les mêmes questions que toi et même si je n’en suis pas encore là, cela me permet d’essayer et d’y réfléchir pour la rentrée prochaine.

    Cela pose questions: les élèves ne répondraient que via tablette/ordi? Si oui, cela prend aussi du temps et ce n’est pas pratique pour toutes les activités (je pense à la géométrie par exemple). Scanner leurs feuilles? Trop de chipotages aussi… Bref, à méditer mais un tout grand merci pour ces premières pistes de réflexions!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s