Les référentiels de ceintures de compétences à télécharger

Par défaut

Salut à tous,

Bonne nouvelle, les référentiels de la troisième version des ceintures de compétences sont disponibles au téléchargement ! Nous avons créé un blog dédié aux ceintures accessible ici.

Je vous laisse bien lire le petit mot d’introduction. L’équipe qui à réalisé ce travail de titan (les référentiels sont adaptés au nouveaux programmes) est composé de pas moins de 30 personnes !

Bonne lecture et bon partage !

Pourquoi les ceintures de compétences ne sont pas publiées

Par défaut

Vous êtes de plus en plus nombreux à vous intéresser aux ceintures de compétences (ce dispositif imaginé par Fernand Oury et sa pédagogie institutionnelle). Et ça franchement je trouve ça génial car cela signifie que les enseignants s’intéressent à l’évaluation autrement et l’évaluation positive.

C’est donc légitime que régulièrement on me pose la question « Où est-ce que je peux les télécharger ? » Et là, souvent, pour ceux qui demandent c’est la déception. Vous ne les trouverez pas sur le site et je vous explique pourquoi.

Tout d’abord la version que j’utilise est une V1, elle comporte des approximations, quelques erreurs que je corrige au fur et à mesure, mais surtout c’est un premier jet. Les ceintures de compétences, ça se murit et j’estime que celles-ci, bien que suffisamment abouties pour être utilisées en classe, ne le sont pas suffisamment pour être publiées.

Ensuite, nous sommes une quinzaine à avoir bossé dessus, je pense qu’il serait assez compliqué de gérer un publication et le « qui a fait quoi ? » (parce que c’est quand même très important !!!).

Enfin, pour ma part, dans certains exercices, j’ai utilisé des ressources glannées sur le web et il serait totalement nul de les republier sous une autre bannière. Encore une fois respect du travail de chacun.

Ces ceintures sont donc prévues pour un usage personnel.

Mais j’y vois quand même des avantages pour le lecteur. Je pense que c’est très difficile de comprendre tous les enjeux du dispositif avec un produit clé en main et notre vision de la progression des ceintures n’est peut être pas partagée par tous. C’est pour ça que depuis un an j’essaie d’expliquer comment créer ses ceintures plutôt que de partager les miennes et en quelque sorte, vouloir les « imposer » comme une référence.

Sachez quand même qu’une V2 est en cours d’élaboration, avec des modifications et des améliorations. J’essaierai de vous en faire part si mon planning me le permet (par contre on est déjà très/trop nombreux à travailler dessus, ce serait totalement ingérable d’ajouter des participants).

J’espère avoir apporté quelques précisions sur le pourquoi de cette non publication. J’espère également que vous aurez compris que ce n’est pas par pingrerie :-).

Coup de gueule : l’évaluation des élèves

Par défaut

cosmétiques-bio-mauvaise-noteOn lit tout et n’importe quoi en ce moment sur internet à propos de l’évaluation des élèves et particulier sur les notes chiffrées. J’avais envie de pousser un petit coup de gueule à ce sujet.

Il existe de nombreuses façons d’évaluer le travail d’un élève. Mais celles qui me sortent littéralement par le nez ce sont les méthodes non réfléchies, mises en place parce que … Bah socialement on en a l’habitude.

Un dispositif d’évaluation ça se pense.

Pour bien le penser, je pense qu’il faut éclaircir un point crucial : à quoi sert l’évaluation et surtout à qui ?

Non l’évaluation, n’est pas là pour distinguer de pseudos « bons » ou « mauvais » élèves. Le rôle de l’enseignant est de guider, d’accompagner, pas de juger. D’ailleurs de quel droit pourrions nous juger nos élèves ? Non, notre statut d’enseignant ne nous donne pas ce pouvoir. On doit aider TOUS les élèves à avancer et à se construire en partant d’eux et pas d’attentes arbitraires : point barre.

A qui doit servir l’évaluation ? A mon sens, elle sert autant au prof qu’à l’élève et elle doit être lisible aussi clairement pour l’un que pour l’autre. Je m’explique.

Pour le prof, l’évaluation doit permettre d’identifier des difficultés que rencontre l’élève mais également de cerner ses points forts et points faibles. Partant de cet état des lieux, l’enseignant doit pouvoir élaborer un parcours différencié pour un maximum d’élèves en tenant compte tout autant des points forts que des points faibles pour l’aider dans son cheminement et l’armer et le préparer pour son futur. Je vais dire un gros mot mais on parle bel et bien du marché du travail et d’une future vie professionnelle. Et oui, si on pouvait lui éviter d’être au chômage ça serait pas mal.

Pour l’élève, son évaluation doit être tout aussi lisible. « Je sais faire ça, je ne sais pas encore faire ça, je n’ai pas compris ceci » etc…

ET C’EST COMME CA QU’ON SE REPERE !!! Pas en se disant « Mince, Kévin il a eu 17 et moi juste 10 ». La note seule et sèche (même accompagnée d’un vague commentaire d’une ligne ou 2) ne donne aucune indication à l’élève sur l’état de ses acquis.

« Oui mais la note ça lui permet de se situer »
Part rapport à qui, à quoi ? Connaître les notes de ses camarades va-t-il aider l’élève à avoir des indications précises sur ses acquis ? Sur les points à travailler ?
« Oui mais pour ça on mets des commentaires. »
Alors à quoi sert la note ??? L’objectif est-il de faire monter un chiffre ou d’apprendre à faire/comprendre/mémoriser des choses ?

L’élève à besoin de repères clairs comme « Je sais (ou je ne sais pas encore) conjuguer des verbes du premier groupe au présent ». Des repères et une motivation réelle pour avancer (pour cela on doit tenir compte de ses goûts également).

La qualité d’un cuisinier on peut la juger sur (la motivation étant : bien manger) :
– la tenue de son restaurant
– la qualité de ses plats
– leur présentation, cuisson etc…

Bon, on est d’accord ? On se dit pas tiens, je lui mettrai bien 15/20 à ce resto. Enfin si on peut, mais ça reste subjectif, c’est à la louche, du commentaire Amazon quoi. Genre j’ai mis une étoile parce que le paquet est arrivé 3 jours trop tard…

Il faut aussi se poser la question de « Qu’est-ce que j’évalue ? ». C’est véridique, j’ai des amis dont les enfants perdent des points sur une copie de maths parce qu’elle contient des erreurs d’orthographe !!! Ca me fait bondir !

Je ne dis pas qu’il ne faut pas que les élèves prêtent attention à leur syntaxe dans les autres matières. Mais pour mélanger les compétences de plusieurs champs disciplinaires, il y a les tâches complexes… Là on peut faire du français, des maths, des sciences mais il faut impérativement que les objectifs soient clairs dès le départ pour le prof ET pour l’élèves. Ce n’est pas parce que le prof connait sur les bout des doigts ses objectifs de séances que l’élève les connait aussi. Il a besoin de savoir ce qui est attendu de lui.

Ce dont on a besoin pour évaluer c’est de trouver des critères objectifs, des preuves irréfutables que l’élève sait ou ne sait pas faire quelque chose. Dans un seul et unique objectif : l’aider. L’aider à quoi ? Et bien l’aider à progresser. Pas l’aider à être comme on aimerait qu’il soit, l’aider à être au mieux de ses capacités en respectant sa personnalité.