[Mise à jour] Pas à pas, démarrer sa Twittclasse

Par défaut

[Edit] Je mets à jour cet article car en ce moment je travaille beaucoup à la formation à l’usage de Twitter en classe avec les collègues de mon école (déjà 15 classes sur le primaire !!!). Du coup je trouve important de faire un petit update de cet exemple de méthodologie.

Depuis que je parle des Twittclasses sur le blog, j’ai régulièrement des questions d’enseignants qui souhaitent se lancer. C’est génial : c’est contagieux !

Alors je vais essayer de faire ici un petit « pas à pas » pour créer sa Twittclasse.

Avant toute chose, rappelez vous que Twitter reste un outil. Il faudra l’intégrer à vos apprentissages et pas l’inverse (même si l’outil parfois nous fait modifier nos modalités pédagogiques). Voici donc les étapes qui me paraissent indispensables pour se lancer dans ce projet d’écriture passionnant.

Capture d’écran 2015-10-09 à 10.19.11

1. La toute première chose à faire : Créer un compte personnel

Comme pour tout, il vaut mieux avoir pratiqué de manière personnelle avant de se lancer. Apprendre les codes de Twitter est important avant de les proposer aux élèves. Le TwittMOOC peut vous y aider

2. Créer le compte de classe. 

C’est tout simple. Il suffit de suivre la procédure d’inscription en se rendant sur twitter.com.  Vous y choisirez entre autres choses, un nom d’utilisateur.

Ce sera aussi le moment de choisir de rendre le profil privé ou de l’ouvrir (modifiable par la suite). Il faut savoir que si le profil de votre classe est protégé, seuls les profils autorisés par vous pourront avoir accès à votre Timeline et correspondre avec vous. D’un autre côté si votre profil est ouvert, il l’est à tout le monde.

Un profil ouvert peut faire peur quand on démarre. Pourquoi dans ce cas, ne pas commencer avec un profil fermé et décider ou pas, de l’ouvrir par la suite ? Le fait d’avoir un profil ouvert permettra des échanges plus nombreux et plus riches et donc des occasions de produire de l’écrit supplémentaires.

Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix, c’est vous qui êtes maître de l’outil et de son utilisation.

3. Informer les familles et votre hiérarchie.

Même si notre ministre a récemment salué l’initiative des Twittclasses, il me paraît important d’informer son IEN ou son responsable TICE lorsqu’on se lance dans ce projet (pour éviter les mauvaises surprises). À ma connaissance, il n’y a eu qu’un seul refus recensé.

Il me parait également primordial d’informer les familles des élèves de la mise en place de ce dispositif, ne serait-ce que pour les rassurer. L’aspect réseau social peut être déroutant. Il sera intéressant d’expliquer aux parents le pourquoi de ce projet, qu’il s’agit d’un outil pour écrire. En début d’année, j’ai adressé un dossier et un tuto adapté de celui de Bertrand Formet aux familles pour leur expliquer les enjeux et objectifs du projet. J’ai ensuite développé le sujet lors de la réunion de rentrée. N’oubliez pas de demander une autorisation pour publier les productions de vos élèves également.

4. Se créer un réseau

Il y énormément de profs sur Twitter et des profs qui eux aussi utilisent Twitter en classe. Appuyez vous sur eux. Si vous voulez être au courant des projets en cours, je vous conseille le compte @Twittconseil avec laquelle beaucoup de profs créent leur projets d’écriture. Je suis énormément de profs alors si vous voulez, vous pouvez piocher dans mes abonnements (que de la qualité bien entendu ^^) parce que ça serait trop long de les citer tous. Profitez en pour mettre votre twittclasse avec les leurs.

5. Encadrer

Lors de séances de découverte, on expliquera les principes de bases de Twitter aux élèves, la limite des 140 caractères (utilisation d’une grille pour le brouillon), le fait que ce qu’on écrit peut être lu par n’importe qui et du fait de l’importance de respecter des règles. De là en découle la charte Twitter que les élèves vont réaliser. Cette étape est pour moi cruciale. On pourra la réaliser avant de démarrer l’aventure ou après une période d’utilisation et d’observation.

Il faudra expliquer aussi les notions techniques (les différents boutons, les indicateurs). Un peu plus tard, j’aborde les notions de « retweet » et de « favoris ».

6. Il ne reste plus qu’à se lancer. 

Pourquoi ne pas commencer par un « #Bonjour » ? Ou bien un projet du type #dansmonécole ? Au départ on tâtonne, on montre juste, mais rappelez vous que l’enjeu c’est de communiquer ! Ne tombez pas le piège d’écrire uniquement des messages qui resteront sans réponse. Hé oui, au début on n’était pas nombreux, on savait où se trouver. Maintenant que les twittclasses sont légions, il est facile d’être noyé dans la masse et de voir ses messages sans réponse. Or c’est ça qu’il faut viser : l’écrit avec enjeu communicatif. Que ça soit par le biais d’une #twictée, d’un #photoproblème, ou d’un #AnimeUneHistoire, peut importe.

Vous trouverez de nombreux exemples d’utilisation de Twitter dans ces articles.

Enfin, un bon citoyen numérique cite toujours ses sources : au primaire, les profs qui ont lancé la Twittclasse c’est Alexandre Acou et Jean-Roc Masson. Un petit mot pour les saluer et les remercier fait toujours plaisir.

Bref, maintenant : à vous de jouer !

Un « retweet » pas comme les autres… #EcoleNumerique

Par défaut

Capture d’écran 2012-12-15 à 08.59.30

Jeudi se tenait une conférence dont j’attendais beaucoup, celle sur la stratégie que souhaite adopter Vincent Peillon, ministre de l’Éducation, sur l’école numérique. Étant fortement convaincu (c’est un euphémisme) de la plus value fantastique qu’apporte le numérique à l’école, j’étais en accord avec de nombreux points évoqués. On pourra débattre sur la faisabilité de ce plan, mais il n’empêche, que même s’il est un brin utopiste, il colle vraiment avec ma façon de voir l’école de demain.  Lire la suite

Pourquoi j’ai créé un nouveau compte Twitter pour ma classe…

Par défaut

Si vous me suivez sur Twitter, vous aurez remarqué que j’ai donné une nouvelle adresse pour suivre ma classe de CE1 CE2 à partir de la rentrée prochaine : @CE1_CE2_gaujacq. Pourquoi un nouveau compte ? Pourquoi ne pas avoir continué avec l’ancien ? À cela, il y a plusieurs raisons. Lire la suite